Réflexions

A trop attendre le printemps
Mes pensées m’entraînent un peu plus loin
Vers cette chaleur tant espérée
Qui ne cesse de nous narguer.

Mais à quoi bon me lamenter…
Je préfère escalader
Les mois de notre calendrier
Juste pour imaginer
Ce qui arrivera,
Ce qui nous réchauffera
Quand viendra notre bel d’été…

Dame météo se prendrait-elle à imiter
Ce que notre société inscrit au quotidien?
Une grève et ses travers 
Pour que tout marche à l’envers 
En grisaillant jour après jour
Pour assombrir tous nos détours.

Ou bien, cette année, 
Monsieur printemps rêverait-il 
De rencontrer son compère l’été ?
Pure folie, me direz-vous,
Une saison à la fois,
C’est ce qui nous va le mieux.

Comme vous pouvez le constater :
A trop attendre le printemps,
Mes pensées m’entraînent vraiment trop loin !

 

Le 5 avril 2018

Bernie Féré

 

© Copyright