Destinée

Va, va où le vent t’emmène
Oublie chacune de tes peines,
Abreuve-toi de l’essentiel
Pour rencontrer d’autres merveilles.

 

Dépose tes peurs et tes malheurs,
Pour écouter avec ton cœur.
Fredonne radieuse le refrain,
Tous les couplets de ton chemin.

 

Va, va où le vent t’emmène,
Gambade, reste sereine, 
La brise est là pour te chanter
Ce dont tu n’oses encore parler.

 

Il n’y a pas d’âge pour en rêver,
Ne sont-ils pas à ta portée ?
Les secrets de ta destinée
Qu’il te plait tant d'envisager…

 

Le 12 avril 2018

Bernie Féré

 

© Copyright