Courte histoire

Et si, ce matin,
Je venais accompagner votre petit déjeuner de quelques mots.
Une courte histoire, comme une envolée de moineaux,
Pour que votre vendredi danse sur les airs de mes quatrains…

 

… Un jour, ou peut-être deux, alors que je me promenais au bord de la rivière de mes jeunes années, j’entendis au loin un cri peu ordinaire. Dérangée, je promenais mes regards en quête d’une réponse à cette étrangeté. Mais ne distinguant rien d’inhabituel, je poursuivis mon chemin.

 

Quant à deux mètres de moi, ou peut-être trois, ce même cri recommença. Aussitôt, mes regards furent attirés par la rivière, havre de beauté et de sérénité de mes jeunes années. Mais ne distinguant rien d’inhabituel, je poursuivis mon chemin.

 

Quand trois minutes plus tard, ou peut-être quatre, un autre cri me stoppa. Cette fois impossible de me tromper. En un seul regard, je compris l’énigme de cette étrangeté. Me penchant vers cet animal apeuré, je l’enveloppais dans mon écharpe autant pour le réchauffer que pour le rassurer.

 

Après quatre kilomètres de marche, ou peut-être cinq, je déposais dans les bras de ma voisine, son petit chat perdu depuis de longues journées. À peine sortie de sa maison, j’entendis tout près de mon cœur des cris peu ordinaires. Me grisant à cette mélodie, je reconnus les miaulements du chaton qui me réchauffait à sa façon, comme pour me remercier…

 

Si ma courte histoire sans prétention est venue tartiner votre petit déjeuner, courte histoire écrite sur le bout de ma table, c’est pour ne pas oublier combien un petit rien embellit une journée.

 

Le 19 octobre 2018

Bernie Féré

 

© Copyright