Novembre

Mois de novembre, 
Malmené dès ton arrivée,
Dans un adieu à l’horaire d’été
Sous un hiver, déjà fort amorcé,
Que l’on aurait voulu retarder.

 

Mois de novembre, 
Si compliqué à apprécier,
Toi, le parent mal-aimé
Sur les pages du calendrier, 
Comme si rien ne t’était réservé.

 

Mois de novembre,
Tu sembles prédestiné,
Contre ta volonté,
À effacer nos couleurs marronnées
À ouvrir le bal de nos nuits glacées.

 

Mois de novembre,
Que j’ai souvent redouté,
Je voulais, cette année,
Ne pas oublier de murmurer
Tes secrets et tes bienfaits…

 

Le 1er novembre 2018

Bernie Féré

 

© Copyright